La Motricité Libre

Hello à toi,

Je reviens aujourd’hui comme promis il y quelques temps avec un article sur la motricité libre puisque j’en avais parlé dans l’article Bébé commence à marcher: les erreurs à éviter. En effet, j’évoquais rapidement le fait que laisser l’enfant au maximum libre de ses mouvements était une bonne chose pour lui permettre de développer sa motricité et c’est exactement ce que l’on retrouve dans le concept de la motricité libre, comme son nom l’indique héhé!

Je t’ai concocté un article, qui je l’espère, sera assez complet. Je vais donc t’expliquer déjà ce qu’est la motricité libre, son concept, pourquoi Est-ce que c’est bon pour ton enfant, comment  mettre en pratique la motricité libre au quotidien à la maison et enfin je t’en dirais un peu plus sur notre pratique personnelle de la motricité libre avec Baby Léa et ce que nous en pensons.

Alors c’est parti!

Qu’est ce que la motricité libre ?

child-3045207_1280

La motrice libre consiste à laisser l’enfant libre de ses mouvements afin de lui permettre d’explorer son corps et de se développer en toute confiance. Un concept qui date des années 60 déjà (on a donc rien inventé!).

Le concept de motricité libre ou spontanée a été inventé par le Dr Emmi Pikler dans les années 1960. La pédiatre est convaincue que le petit enfant est un être doué de sensibilité et capable de se développer tout seul sans l’intervention d’un l’adulte. Dans la pouponnière qu’elle dirige à Budapest, l’Institut Loczy, elle applique ce principe en laissant les enfants évoluer librement. Et elle découvre que non seulement le développement moteur s’acquiert naturellement et dans un ordre bien précis, mais aussi que cette liberté donnée aux enfants leur apporte un sentiment d’accomplissement et de sécurité. Aujourd’hui, les travaux du Dr Pikler sont plébiscités par un grand nombre de professionnels de la petite enfance.

Quels sont les bienfaits de la motricité libre sur le petit enfant?

child-3046491_1280

Les premiers mois, le nourrisson a besoin d’être entouré physiquement pour se constituer une sécurité affective. Cette sécurité de base acquise, l’enfant va pouvoir ensuite s’exprimer par sa motricité. Et il est fondamental de lui permettre, dans cette période cruciale, d’être libre de ses mouvements : le laisser bouger, explorer l’espace, saisir des objets, les relâcher, sentir les formes, les textures… Grâce à l’activité spontanée, l’enfant devient acteur de son développement . Il peut tester les limites de son corps et expérimenter de nouvelles positions librement.  En répétant les exercices, l’enfant se prépare ainsi tout seul aux différentes acquisitions. Il progresse à son rythme sans qu’on ait besoin de devancer ses besoins.

Dans ce même principe, on respecte les stades où l’enfant se trouve et il ne faut pas chercher à passer à l’étape suivante en « provoquant » une situation alors que, lui ,n’y est pas prêt; par exemple  en l’installant dans une position qu’il ne peut atteindre de lui-même. L’enfant ne se sentira pas en sécurité puisqu’il ne maitrise pas totalement cette position seul , cela peut même le freiner dans sa progression et le mettre en situation d’échec (puisqu’il n’y arrivera pas seul). Au contraire, en le laissant libre de ses mouvements, il découvre la verticalité à son rythme. On l’aide ainsi à acquérir curiosité, persévérance et confiance en lui.
La motricité libre permet aux enfants d’acquérir plus de confiance puisque ce sont eux-mêmes qui construisent leur propre chemin. Elle favorise aussi leur esprit d’initiative et leur créativité. On peut aussi ajouter que comme l’enfant apprend à connaitre ses capacités, il a aussi tendance à être plus prudent et à prendre des risques mesurés.

La motricité libre en pratique

babe-2972221_1280

Je comprend qu’il soit difficile pour un parent de laisser de côté son inquiétude au début mais le fait de préparer une zone d’éveil sécurisée aide beaucoup. Puis, au fur et à mesure de l’éveil de l’enfant et de sa capacité à se déplacer, c’est tout son environnement qu’il suffit de sécuriser à minima pour que tout se passe au mieux (cache-prises, barrières escaliers, bloque-portes etc…). Le secret est de se mettre à la hauteur de l’enfant pour repérer les zones ou objets dangereux.

Il faut vraiment garder en tête qu’il faut avant tout observer et rester le plus possible en retrait (sauf en cas de réel danger bien évidemment). Il faut également freiner son envie de le voir accéder rapidement à quelque chose ou une marche: on le laisse faire à son rythme!

Dans mon article sur la marche que j’ai cité en début d’article, j’expliquais que les trotteurs (youpala), les transats, les parcs ne favorisent pas la motricité de l’enfant (ils peuvent se montrer utiles par moment mais l’enfant ne devrait pas y passer tout son temps).

En effet; contraint dans ses mouvements, l’enfant ne peut se laisser aller dans la découverte; en liberté, il pourra vivre pleinement l’exploration de son corps et du monde.

La pédagogie Montessori aborde beaucoup ce principe de motricité libre et propose de mettre en place pour l’enfant, à l’endroit où il va passer le plus de temps (chambre ou séjour par exemple) un « nido » ou zone d’éveil et de jeu. Un tapis (d’éveil ou tout simple) confortable et des objets pour stimuler ses sens: une arche, des objets sensoriels très simples que tu peux même fabriquer (coussins sensoriels pour découvrir les textures, un bâton de pluie ou bouteille sensorielle pour découvrir les sons), un miroir (optionnel).

Lorsque l’enfant se déplace, c’est tout son environnement qui deviendra sa zone d’exploration et de jeu. Cela demande un peu de lâcher prise si on aime que son intérieur soit ordonné mais le fait de ranger au fur et à mesure va le nourrir aussi dans sa période sensible de l’ordre.

Et un dernier point pratiquo-pratique: le laisser pieds-nu (ou presque) au maximum. Laisser bébé ramper, marcher à 4 pattes ou être debout en étant pieds nu lui permettra  de bien ressentir le sol et d’avoir de bons appuis dans ses essais de déplacement. Si la météo ou le revêtement de sol ne le permet pas, il faut privilégier au maximum des matières fines et souples comme le cuir pour sa rapprocher au maximum de la sensation de pied nu.

feet-619399_1280

Notre expérience de la motricité libre

Durant les premiers mois de Baby Léa je me suis peu à peu intéressée à la pédagogie Montessori, la parentalité bienveillante et ces courants de pensée.

Je me suis procurée ce livre: Montessori à la maison, pour les 0-3 ans de Nathalie Petit.montessori à la maison.jpgC’est ainsi que j’ai découvert le principe de la motricité libre, auquel nous avons tout de suite adhéré.

Lorsqu’elle était nourrisson, nous la déposions plusieurs fois dans la journée sur son tapis d’éveil pour jouer avec elle. Elle regardait les objets suspendus à son arche, on agitait des hochets près d’elle qu’elle regardait attentivement. En grandissant, bien sûr elle a finit par attraper les hochets et nous jouions à caché-coucou. J’ai très vite constaté à quel point elle bougeait, remuait sur ce tapis. Nous avions très vite compris que Léa était un bébé plutôt curieux et actif, il faut voir comme elle attrapait les arches, s’accrochait dessus. Lorsqu’elle s’est mise à ramper c’est là que nous avons réellement commencé à sécuriser l’appartement. Nous avons commencé à mettre en place des cache-prises et à mettre quelques bloque-portes dans sa chambre pour qu’elle n’accède pas aux tiroirs où se trouvaient sa petite pharmacie et les réserves de produits de soin. (Personnellement, je n’ai pas sécurisé plus que ça la cuisine ou la salle de bain car l’agencement de l’appartement nous permettait d’avoir un œil constant sur elle et les produits dangereux n’était pas très accessibles pour elle).

Néanmoins j’ai mis en sécurité les objets auxquels je tenais ou qui étaient fragiles (bibelots, décoration). J’ai pris le parti de laisser à sa hauteur les objets non fragiles et non dangereux comme les livres bien que je tienne à ces derniers.

Nous avons réservé dans notre meuble bibliothèque du séjour 2 casiers afin d’y ranger quelques jouets et livres. Bien entendu au début elle n’a pas vraiment fait la différence entre mes livres et les siens mais 1 seul a été sacrifié (et ça tombait plutôt bien, je n’accrochait pas du tout à ce livre). Et puis nous essayions de détourner son attention ou de lui confier un autre objet pour qu’elle laisse « tranquille » mes livres. Après ce fut les CD et les DVD, ce fut sa période la plus intense et la plus longue je dois dire. Elle allait systématiquement mettre la Bazard dans la colonne à DVD/CD. Les CD précieux ont été mis hors d’atteinte et les autres ont un peu morflé mais ce fut une passade.

 

Lorsque Baby Léa s’est mise debout, elle s’accrochait d’ailleurs à ses 2 colonnes, nous les avons donc fixé au mur et réorganisé les étagères car elle pouvait s’attaquer à de nouveaux albums. Et puis cette période est passée.

Depuis plusieurs semaines, nous résidons dans notre maison avec étage. Léa a alors découvert les escaliers! AHHH nouvelle passion pour elle que de les monter et les descendre. Elle n’avait jamais vraiment eu affaire avec des escaliers auparavant mais elle a rapidement su comment il fallait faire pour poursuivre le chat à l’étage!

Aujourd’hui, à bientôt 18 mois, elle gère complétement la montée et la descente des escaliers mais nous avons tout de même placé des barrières au rdc et à l’étage pour qu’elle ne descende pas seule. Nous songeons en ce moment à sécuriser aussi notre terrasse pour qu’elle ne descende pas les escaliers seule pour aller gambader dans le jardin si l’on s’affaire à l’intérieur de la maison.

Néanmoins j’ai l’impression que ces mois de motricité libre lui ont été plutôt favorables. Je la laisse faire ses expériences en étant jamais loin, pour la consoler si elle est effrayée ou se fait mal. Je lui montre comment faire: descendre/monter les escaliers en plaçant sa main contre le mur ou la rambarde, où prendre appui pour grimper dans sa petite baignoire, se tenir sur son cheval à bascule (où serrer les dents et lui faire confiance lorsqu’elle se met debout dessus!), comment placer ses pieds lorsqu’elle marche sur une  rigole, j’aide à prendre ses appuis lorsqu’elle veut s’essayer à grimper sur quelque chose (canapé, siège auto, tracteur tondeuse) sans la porter automatiquement pour l’y mettre.

Voici un petit tour d’horizons des étapes de motricité libre de Léa chez nous:

 

IMG_20170930_091313_175
Pantoufle et DVD, miam!

 

 

 

20170930_090541
rangement des DVD

 

 

 

20170624_194201
Assistante pour monter la nouvelle table basse

 

 

20170815_125934
la table basse sert aussi de trotteur

 

 

 

Voilà comment se passe un peu la motricité libre de Baby Léa.

J’espère que cet article t’a plu et qu’il t’a peut être appris des choses.

Connaissais-tu la motricité libre?

Si oui, l’as tu mise en pratique à la maison? Qu’en as-tu pensé?

Racontes-moi ça en commentaires, ça me ferais très plaisir d’échanger avec toi sur ce sujet et savoir comment ça se passe dans d’autres familles.

 

A bientôt

 

Marilyne

 

motricité libre

 

 

 


2 réflexions sur “La Motricité Libre

  1. Je connaissais la motricité libre. Pour l’instant je vis dans un monde où pour moi la surprotection n’empêche pas le danger (bien au contraire le jour où la surveillance n’est plus là).

    J’aimerai donc pouvoir mettre en place la motricité libre avec mon futur Bébé. mais je sais qu’il peut être difficile de laisser Bébé faire sa vie et parfois apprendre grâce aux aventures plus ou moins douloureuse lors de chute par exemple.

    Pour l’instant je note les trucs et astuces 😉 Merci

    Aimé par 1 personne

    1. Oui je suis tout à fait d’accord avec toi, la surprotection ne sert à rien car elle n’apprend pas à bébé où est le risque, comment l’éviter ou comment prendre un risque mesuré. Pour ma part, je la laisse faire pas mal d’expérience, je reste proche tout de même (sans la laisser se mettre en danger non plus hein!). Je lui dit de faire attention/ doucement et surtout lui montre comment faire. Les enfants aiment être autonomes et faire seul (surtout en grandissant!). Je suis ravie que mon article t’ai plû et plus tu seras informée sur le sujet et plus tu auras confiance en toi et en ton bébé. A bientôt sous 1 prochain article !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s